Sélectionner une page

Un second départ!

par | 3 Juin 2018 | chemin du Piémont Pyrénéen, GR78 | 18 commentaires

Biarritz (Anglet) – St-Jean-Pied-de-Port

 

Je me suis, après avoir récupéré mon topoguide  (Chemin du Piémont Pyrénéen) à la FNAC, rendue à la gare de Bayonne. La FNAC m’avait préalablement envoyé un courriel m’avisant que mon colis était arrivé… ça, c’est du service!  Je suis, pour me rendre à la gare, passée par le quartier historique. Sur le chemin, j’ai appris qu’il n’y avait pas que le le jambon de Bayonne qui faisait la marque de la région… il y a aussi le chocolat de Bayonne! À la gare, en attendant mon autocar (les services sont coupés de moitié en raison des moyens de pression de la SNCF), j’en ai profité pour recharger mon cellulaire. Je profite de toutes les occasions pour le recharger! La majorité des passagers sont des pèlerins qui se rendent à St-Jean-Pied-de-Port pour débuter leur pèlerinage vers St-Jacques-de-Compostelle. Moi, je vais dans la direction opposée… je ne fais décidément  jamais rien comme tout le monde!!!

Le monde est vraiment petit! À St-Jean-Pied-de-Port, j’ai revu le couple de retraités rencontré quelques jours plus tôt lors des gros orages entre Olhette et Sare. Ils m’ont dit avoir continué sur le GR10 sans grande visibilité en raison du brouillard et de la pluie. Quant à moi, je ne regrette vraiment pas mon choix… je ne suis pas ici pour me donner de la misère!!! En marchant dans St-Jean-Pied-de-Port, je suis passée par la Porte Notre-Dame, la Porte St-Jacques… et je me suis procurée une autre “credencial”. Je n’envisage pas de faire du camping d’ici les prochains jours en raison de la météo alors ça peut toujours être utile. En effet, certains hébergements demandent à ce que le “pèlerin” ait en sa possession une credencial pour accepter de l’héberger.

Randonnée jour 1: St-Jean-Pied-de-Port – St-Just-Ibarre (24km)

 

Je débute ma randonnée à la Porte St-Jacques. C’est par cette porte que les pèlerins de l’époque (et d’aujourd’hui!) entraient en ville prendre une pause avant de poursuivre leur route vers St-Jacques-de-Compostelle. Dans un premier temps, j’emprunte le GR65 – la voie du Puy avant de bifurquer sur le GR78 – le chemin du Piémont Pyrénéen. Sur la route, je croise des arbres fruitiers de variétés anciennes, des escargots (je ne suis pas la seule à transporter sa maison sur son dos!), des vers de terre (ils sont énormes!!!)…

De façon générale, je trouve le chemin du GR78 mieux balisé que celui du GR10. En raison de la pluie des derniers jours (des dernières semaines!), les chemins sont particulièrement boueux. Le temps est couvert. Je suis quand même chanceuse car je n’ai eu de la pluie qu’en matinée et j’ai eu droit à quelques éclaircies en après-midi. Même si le chemin est mieux balisé, il m’a quand même fallu sortir ma boussole après ma pause repas pour m’assurer que je suivais la bonne “trail”. Même si je savais être sur le bon chemin, j’étais quand même bien contente de croiser une balise un peu plus loin! La vue, du haut de la colline, est magnifique!

J’arrive, en fin de journée, à St-Just-Ibarre (population de 226 au recensement de 2006). Mes bottes ne ressemblent définitivement plus à des bottes neuves! Incroyable ce qu’une journée de randonnée peut faire! Je m’arrête au gîte Dominicateya. La dame accepte de m’héberger même sans réservation. Nous sommes un total de 6 randonneurs. Un couple rencontré durant la journée et 3 autres dont 1 américain. Il avait, lui aussi, l’intention de camper mais en raison de la température (pluie+++) il a finalement pris la décision de retourner sa tente aux USA par la poste!

Randonnée jour 2: St-Just-Ibarre – Mauléon-Licharre (24,1km)

 

Je quitte tôt (7:00). Le ciel est menaçant mais il ne pleut pas… encore! En raison du temps incertain, j’emprunte la variante par le col de Napale tel que suggéré par le topoguide. Elle est un peu plus longue mais elle est plus sûre en cas de mauvais temps. Elle est moins abrupte et moins boueuse (!). J’ai bien fait car j’ai appris, le soir même, que le chemin usuel était impraticable. Sur la route, je fais de belles rencontres (chiens, moutons…) et d’autres un peu plus inquiétantes (vaches au milieu du chemin → inquiétant car elles avaient des cornes!). Mes bottes ne ressemblent définitivement plus à des bottes neuves. En raison des différents troupeaux, il est important de bien refermer toutes les barrières que l’on croise.

Je m’arrête prendre une bouchée à Ordiap tout près de l’Arangorena (cours d’eau). Au moyen-âge, selon le topoguide, le village était une commanderie (abri pour les pèlerins). L’église St-Michel, avec son “clocher-mur” est on ne peut plus original!. En fin de journée, je m’arrête au gîte des pèlerins de Mauléon-Licharre et c’est à l’hôtel de ville qu’il faut récupérer les clefs! Il s’agit, en fait, d’un dortoir (8 lits) avec cuisinette pour les randonneurs de passage. La credencial y est obligatoire. Après ces 2 journées de marche, j’en suis venue à la conclusion que mon plan B était devenu plus attrayant que mon plan A. Je suis allée au bureau de poste et je me suis “débarrassée” des topoguides du GR10 (800g en moins!!!).

Randonnée jour 3: Mauléon-Licharre – Hôpital-St-Blaise (24,1km total: 65,5km)

 

Vraiment pas évident de dormir dans un dortoir. J’ai mal dormi… même avec des bouchons d’oreille! Il y a certains ronflements qui sont à l’épreuve de tout!!! Je quitte encore plut tôt (6:45)… sous la pluie! Sur la route, je croise des dizaines et des dizaines de limaces… elles sont, elles aussi, énormes!!! Après 2 heures de marche, je rejoins la forêt et ses sentiers boueux +++. Je suis de plus en plus à l’aise de croiser des vaches… même si elles ont des cornes!

Après la pluie, le beau temps! J’arrive en début d’après-midi à l’Hôpital-St-Blaise. L’Hôpital-St-Blaise, c’est un bijou de petit village (80 habitants). Il se situe à la limite entre le Pays Basque à l’ouest et le Béarn à l’est. Le village est doté d’un patrimoine d’exception. L’église de style hispano-mauresque est très belle et le spectacle son et lumière est à ne pas manquer. Je m’installe, là aussi, au gîte des pèlerins… un autre dortoir! Celui-là, cependant, est beaucoup plus vaste que le précédent. J’ai pris, pour souper, le plateau repas du restaurant Le Saint-Blaise. Spécialités traditionnelles savoureuses: garbure (soupe), daube de boeuf  et flanc au caramel!

Randonnée jour 4: Hôpital-St-Blaise – Oloron-Ste-Marie (22,3km total: 87,8km)

 

J’ai étonnamment bien dormi malgré un dortoir plein. Je débute la journée bien reposée. Je commence la randonnée dans la forêt… boueux +++. Je croise des plombières. Ce sont de petites cabanes dans lesquelles le chasseur guette le gibier. Depuis l’Hôpital-St-Blaise c’est dans le Béarn, l’une des provinces de la France, que je marche. C’est plutôt plat, il y a beaucoup moins de dénivelé que dans les derniers jours. Je traverse de jolis villages dont le village de Aren.

J’arrive en fin de journée à Oloron-Ste-Marie. Je décide de m’installer à l’hôtel (pas de dortoir!!!). Mon plan est de me reposer et de mettre mon blogue à jour. Le réseau est lamentable. On me dit que c’est à cause des orages. En me promenant, je prends une photo des Pyrénées… encore enneigées!

Je suis au McDonald. C’est grâce à son wifi que je réussis, de peine et de misère, à “poster” cet article. Merci McDo!!!