Sélectionner une page

Parcs Tanzanie (wikimedia)

Parc National de Arusha

Nous venons de compléter le trek du Mont Meru et nous en profitons, lors de notre journée de “congé”, pour faire notre premier safari.

Nous nous rendons au Parc National de Arusha à environ 40 minutes de route de la ville de Arusha.
Avec ses 137 km² de superficie, il est le plus petit parc de Tanzanie. Divisé en 3 zones, il s’étend entre le mont Meru à l’ouest, le cratère du Ngurdoto au sud-est et les lacs Momela au nord-est.

Parc National Arusha, Tanzanie (earth-of-fire.com 8 nov 2013)

Malgré le temps maussade, nous partons, très enthousiastes, à sa découverte.

parc Arusha, Tanzanie

Sur la route, un énorme ficus (figuier). En forme d’arche, il est possible de passer en véhicule à travers son tronc!

ficus, parc Arusha, Tanzanie

Nous nous arrêtons aux lacs de Momela et en profitons pour admirer les colonies de flamants roses.

Nous poursuivons notre route et croisons des babouins, des colobes noir et blanc…

des zèbres, girafes, buffles, dik-dik…

des cobes à croissant (antilope sing-sing)… avec leur arrière-train en forme de cible!

C’est ce qui termine notre premier safari. Prochaine étape: le Kilimandjaro.

Nous venons de compléter le trek du Kilimandjaro et nous entreprenons la dernière partie du voyage… les safaris: le Parc National Tarangire, le Parc National Serengeti et le Cratère du Ngorongoro.

Parc National Tarangire

Ce parc d’une superficie d’environ 2850km² est situé près de Arusha.
Il s’étend sur une centaine de kilomètres du nord au sud…  et sur une trentaine de kilomètres de part et d’autre de la rivière Tarangire. Celle-ci fournit les points d’eau dont les animaux ont besoin.

La savane permet, par ses espaces ouverts, l’observation de la faune: éléphants, zèbres, antilopes, autruches, gnous…
Les baobabs et les acacias sont également très abondants.

Parc Tarangire

Le baobab, “l’arbre à l’envers”, présente au sommet de son tronc des branches le plus souvent dépourvues de feuilles: il paraît donc avoir été retourné tête en bas.
Il est aussi appelé “arbre à palabres” car dans les villages, c’est un lieu de rassemblement.
C’est à l’ombre de celui-ci que les villageois se rassemblent pour discuter et les enfants… pour écouter les contes des anciens.

On y a croisé de nombreux éléphants dont un vieux mâle ayant l’air plutôt mal en point et d’humeur ombrageuse.

Acacias et arc-en-ciel.
Les girafes se délectent des feuilles tendres cueillies au sommet des acacias. Leur appareil buccal unique leur permettent de se protéger des épines!

parc Tarangire, Tanzanie

Parc National Serengeti

Nous poursuivons notre route et rejoignons le parc national du Serengeti.
Avec ses 15000km², c’est le second parc en importance en Afrique. Environ 4 millions d’animaux y sont réunis.

Le Serengeti est connu pour ses migrations annuelles: des millions de gnous, de zèbres et de gazelles migrent des plaines du Serengeti à celles du Masaï Mara au Kenya.
Ces animaux sont à la recherche de pâturages verts et ceux-ci varient en fonction des saisons. Les prédateurs, naturellement, suivent de près cette migration.

Il est difficile d’imaginer un campement au milieu de la savane sans barrière ni protection physique… mais c’est effectivement le cas!
Nous étions tout simplement là, au milieu des animaux sauvages. Il fallait porter une attention particulière à la nourriture car les singes, de véritables “pickpocket”, étaient ratoureux et malgré tous nos efforts réussissaient à voler nos friandises!

Les “kopjes” sont des formations rocheuses qui donnent du relief aux vastes plaines africaines. Ces affleurements de roches seraient le sommet d’une ancienne chaîne de collines. Ils sont souvent occupés par de nombreux animaux dont certains prédateurs. Il s’agit en effet d’un endroit idéal pour guetter certaines proies.

Nous avons croisé des lions.

Notre guide nous a fait découvrir les hyènes. Elle avait une affection particulière pour ces bêtes.

De loin, nous apercevons ce léopard… qui semble se préparer à chasser!

léopard, Tanzanie

Il s’agit ici, ce que je crois être, un lycaon (african wild dog). Il est apparemment, peu fréquent, d’en apercevoir.

lycaon, Tanzanie

Nous avons également croisé plusieurs autres espèces dont certaines, plutôt mignonnes!

L’hippopotame… on dit, en Afrique, que c’est l’animal le plus dangereux. Il est très territorial alors si on s’approche de trop près, il va charger!

Les oiseaux sont omniprésents.

Un regret… ne pas avoir fait de tour en montgolfière.
À recommencer, c’est sûr que cela ferait partie des activités que je ne voudrais surtout pas manquer. Cela doit vraiment être de toute beauté.

C’est en Afrique que j’ai vu mes plus beaux couchers de soleil.

Cratère Ngorongoro

Nous arrivons à la dernière partie de notre séjour en Afrique: le cratère du Ngorongoro.

cratère Ngorongoro, Tanzanie

Le cratère du Ngorongoro est une vaste caldeira (cuvette résultant de l’effondrement du sommet d’un volcan à la suite d’une éruption) situé au coeur du massif du Ngorongoro.

Le Ngorongoro est la plus grande caldeira intacte et non submergée au monde avec 326km² de superficie. Son diamètre maximum est de 22,5 km et sa profondeur de 610 mètres.

Ngorongoro (NASA via Wikimedia Commons)

La cuvette au fond n’a pas d’exutoire et les précipitations qui s’y accumulent forment un lac, le lac Makat.

Ce qui m’a étonné, c’est la cohabitation des espèces. Les autruches côtoient les buffles et les hyènes… apparemment sans problèmes!

cratère Ngorongoro, Tanzanie

C’est lors de l’une des dernières journées de safari que nous avons eu la chance de voir un rhinocéros. Ils sont en effet rares, quelques dizaines tout au plus dans le cratère.

rhinocéros, cratère Ngorongoro, Tanzanie

On entend souvent parler du BIG FIVE.
Il s’agit du lion, du léopard, de l’éléphant, du buffle et du rhinocéros.