Sélectionner une page

Trek Kilimandjaro (voie Lemosho)

Le Kilimandjaro, à 5895m, est le plus haut sommet d’Afrique.

Il est, tout comme le mont Meru, un volcan mais contrairement à celui-ci, il n’est pas actif.
Il est formé de 3 sommets, le Shira à l’ouest, le Mawenzi  à l’est et le Kibo, au centre. Le Kibo abrite le point culminant: le pic Uhuru (“liberté” en swahili).

Contrairement aux autres montagnes de même calibre, il ne fait pas partie d’une chaîne de montagnes. On pense aux Himalayas, aux Andes, aux Rocheuses…
Il s’élève, seul, au milieu de la savane. Il est la montagne isolée la plus haute du monde.

Il y a plusieurs voies d’accès pour se rendre à son sommet.

Marangu, aussi appelée la voie “Coca-Cola”, est la plus “facile” mais aussi la plus fréquentée. Il est possible de passer chaque nuit en refuge.

Il y en a plusieurs autres dont la voie Lemosho à l’ouest… c’est celle que nous avons emprunté.
Nous avons campé au Forest Camp, au Shira 2 Camp, au Lava Tower Hut Camp, au Arrow Glacier Camp, au Crater Camp… avant de faire le sommet et de redescendre via le Barafu Camp.

campements Kilimandjaro, Tanzanie

Dans un premier temps, arrêt au “booking office”: il faut s’assurer que tout est en règle.
Dernières recommandations… nous sommes prêts!

Nous sommes accompagnés par une grosse équipe: guides, porteurs, cuisiniers.
Il n’y a pas d’ânes, de mulets ou de yaks pour transporter le matériel. Ce sont des porteurs qui accomplissent ce travail.

 Oui, oui… c’est bien le début du sentier! Nous sommes à 2200m.

voie Lemosho, Kilimandjaro,Tanzanie

Nous sommes au niveau de la forêt tropicale. La végétation est dense et le taux d’humidité très élevé.
Au bout de quelques heures de marche, nous arrivons à notre premier campement (Forest Camp). Nous sommes à 2650m.

Nous reprenons la route: les landes et le maquis. Le Kilimandjaro se profile à l’horizon.

L’altitude commence à se faire sentir. Nous marchons lentement, très lentement: “polé polé”.
Après plusieurs heures de marche, nous arrivons au campement: Shira 2 Camp. Nous sommes à 3900m.

Nous continuons notre route.
Les porteurs transportent sur leurs épaules de très lourdes charges. Ils nous rattrapent et nous dépassent… sans efforts!

Le sommet se rapproche davantage de jour en jour.
Nous arrivons au “Lava Tower Hut”, notre campement. Nous sommes à 4600m.

Nous progressons lentement mais sûrement.
Nous arrivons au Arrow Glacier Camp à une altitude de 4900m. Les porteurs s’affairent à monter le campement.

Il fait sombre à notre arrivée mais peu après, le ciel s’éclaircit et tout s’illumine: nous sommes littéralement au-dessus des nuages.
C’est de toute beauté.

Nous ne pouvons détacher notre regard de la paroi et de la montée qui nous attend.
Nous devons bien nous reposer car demain s’annonce difficile.

La journée fût effectivement très difficile.
J’ai dû me défaire de mon sac à dos. Après ce qui m’a semblé être une éternité, me voilà enfin rendue au campement: Crater Camp à une altitude de 5790m.

Après 1 heure ou 2 (ou 3!) de repos et plusieurs jus de fruits, je me sens suffisamment en forme pour me lever, sortir de la tente, explorer un peu les environs et même prendre quelques photos!

Notre campement se situe tout près du glacier.
Depuis plusieurs années, les neiges du Kilimandjaro, réputées éternelles, diminuent rapidement. La glace et la neige qui restent au sommet pourraient, selon différentes sources, disparaître d’ici quelques décennies.

Nous nous levons tôt, très tôt… en fait, il fait encore nuit! L’idée est de se rendre au sommet et d’assister au lever du soleil.

La descente… un regain d’énergie! C’est vraiment à ce moment-là qu’on réalise l’impact de l’altitude sur le corps humain. À chaque pas, je me sens revivre!

J’ai fait le sommet mais…

Aujourd’hui, je sais que ça a été imprudent. J’aurais dû, lors de la montée du Arrow Glacier Camp (4900m) au Crater Camp (5790m), rebrousser chemin. J’étais malade: fatigue extrême, mal de tête intense et vomissements. Je me considère chanceuse: mon état au Crater Camp s’est stabilisé plutôt que continuer à se détériorer.

Effets de l’altitude: mal aigu des montagnes, oedème pulmonaire, oedème cérébral…