Sélectionner une page

Mongolie

Mongolie

Randonnée équestre dans la vallée de l'Orkhon

C’est en 2009 que je me suis rendue en Mongolie. Peu, ou pour ainsi dire pas, d’agence québécoise offrait ce type de voyage. Après quelques recherches sur internet, mon choix s’est arrêté sur une agence française. Selon ses spécifications, une grande expérience équestre n’était pas nécessaire. Il suffisait, tout simplement, d’être capable de rester en selle plusieurs heures par jour et ce, pendant plusieurs jours consécutifs.  C’était donc parfait pour moi.

En cliquant ICI  vous obtiendrez des informations générales sur le pays et en cliquant ICI quelques conseils de sécurité.

Je me suis jointe à un groupe principalement composé de français.  Nous étions accompagnés d’un guide mongol francophone. L’équipe était complétée par une cuisinière, son assistante et des guides équestres.  Le transport du matériel était assuré par des mini-van puis par des yacks lorsque rendus dans la vallée de l’Orkhon.

       Itinéraire       

  •    jour 1:          Oulan Bator
  •    jour 2:          Oulan Bator-Karakorum
  •    jour 3:          Karakorum-Vallée de l’Orkhon
  •    jour 4-12:     Randonnée équestre
  •    jour 13:        Désert de Gobi
  •    jour 14:        Oulan Bator

Oulan-Bator

Nous en profitons, à notre arrivée à Oulan-Bator, pour visiter le musée National de Mongolie.

musée national, Oulan Bator, Mongolie

En route vers Karakorum et la vallée de l'Orkhon

Nous prenons la route pour nous rendre à Karakorum, 360 km à l’ouest de Oulan-Bator (∼6h30 de route). À mi-chemin, nous en profitons pour nous délier les jambes et casser la croûte. Agréable surprise, nous avons une table et des chaises pour manger et cela, tout au long du voyage. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus rudimentaire alors chapeau à l’organisation!

Karakorum est l’ancienne capitale de la Mongolie.  Fondée en 1220, elle fût la cité légendaire de Gengis Khan. C’est à partir de celle-ci que l’empire mongol fût gouverné.  Aujourd’hui, il n’en reste plus que des ruines. Nous visitons le monastère d’Erdeni-Dzou. Construit en 1856, il fût le premier centre de Bouddhisme en Mongolie. Nous y retrouvons certaines des ruines de Karakorum.

monastère d'Erdeni-Dzou, Mongolie

Où que l’on soit, il est toujours possible de trouver un endroit pour magasiner!

C’est ici que nous nous arrêtons pour la nuit:

Nous sommes dans un campement de yourtes.

yourtes, Mongolie

Nous poursuivons notre route. Nous traversons des cours d’eau et croisons d’autres vestiges archéologiques.

Nous “secourons” un local en panne d’essence. Bris mécanique, panne d’essence… peu importe, l’esprit d’entraide est très développé en Mongolie. Il y a toujours quelqu’un pour offrir son aide.

Sur la route, nous nous arrêtons et en profitons pour visiter un site prisé par les Mongols.

Nous avons parcouru plus de 100 kilomètres dans la journée et arrivons au campement de “l’éleveur” situé dans la vallée de l’Orkhon.

yourtes, Mongolie

C’est ici que nous avons notre premier contact avec les chevaux. Petits et robustes, élevés en pleine nature, ils ont été dressés selon les us et coutumes mongols: ils sont vifs et nerveux. Étant peu expérimentée, je demande un cheval doux. L’essai, avec l’un d’entre eux, s’avère concluant. Malheureusement, le lendemain, jour du départ, le cheval avait tout simplement disparu… il s’était sauvé! J’ai donc dû en prendre un autre et après une certaine période d’adaptation, cela s’est, somme toute, bien passé.

Les selles traditionnelles mongoles sont composées d’un cadre de bois et de hauts pommeaux. Très inconfortable pour les cavaliers non avertis. Nous avions, quant à nous, des selles beaucoup plus confortables. Nous chevauchions 20-25 km par jour, parfois plus, parfois moins.

Randonnée équestre

Nous débutons notre randonnée par la visite des chutes de l’Orkhon.

chutes del'Orkhon, Mongolie

Sur la route...

Le midi, les repas sont froids et à base de salade, de charcuterie et de fromage. Le soir, les repas chauds sont préparés par nos cuisinières: un mélange de repas traditionnel mongol et de nourriture plus occidentale. C’était vraiment très bon.

À partir de maintenant, nous dormons en tente.

campement, Mongolie

Nous poursuivons notre route...

Pour la suite de la semaine, les yaks se chargent du transport du matériel.

Nous nous arrêtons pour faire quelques achats.

ravitaillement, Mongolie

Il pleut !!!

En raison de la pluie, nous demeurons au campement pour la journée.

Retour du beau temps...

La yourte mongole est la maison traditionnelle des nomades. On peut néanmoins remarquer des ajustements à la vie “moderne”: motos, panneaux solaires, coupole…

yourte, Mongolie

Un chat! Je crois qu’il s’agit du seul chat vu durant toute la durée du voyage. Beaucoup de chiens en Mongolie mais peu de chats.

chat, Mongolie

Nous sommes dans la région des “8 lacs”. Notre campement se situe près de l’un d’entre eux et c’est de toute beauté!

Nous poursuivons notre route. Après quelques jours de chevauchée, nous décidons de nous dégourdir les jambes et allons faire une petite randonnée. Au sommet, nous avons une belle vue de notre campement et des environs.

Comme dans tout voyage, il peut se produire des imprévus et l’itinéraire doit être ajusté en conséquence. Dans la région, des parasites sont présents et “attaquent” les arbres. Notre guide nous a fait faire des détours. Nous avons quand même croisé de nombreux arbres morts.

Superbe coucher de soleil.

coucher de soleil, Mongolie

Nous voilà de retour au campement de l’éleveur et il est temps, pour plusieurs, de recharger téléphone et autres appareils!

Dernière journée...

C’est la dernière journée de randonnée. Nous nous rendons voir les sources chaudes de Mogoitiin à quelques kilomètres du campement. L’eau aurait, parait-il, des propriétés curatives!

Après la semaine passée avec nos montures, nous nous connaissions beaucoup mieux et nous nous faisions mutuellement confiance. Le retour se fît donc à grands galops… grisant!!! Décharge d’adrénaline +++.

Arc-en-ciel double à notre arrivée.

Retour

Nous reprenons la route en véhicule et faisons le plein d’essence au premier village que nous croisons.

village, Mongolie

Nous longeons le “petit Gobi” et certains d’entre nous en profitent pour faire une petite balade chamelière. Ces chameaux sont vraiment magnifiques! J’ai eu l’occasion, lorsque j’ai traversé l’Asie en vélo, de voir d’autres chameaux. Lorsque je les compare à ceux-ci, ils étaient vraiment en piteux état!

chameaux, Mongolie

Un autre arrêt, un monastère richement décoré!

Nous terminons notre séjour et passons notre dernière nuit dans ce camp de tipis!

tipis, Mongolie

J’ai adoré faire de l’équitation mais…

Notre campement, lors de la journée pluvieuse, a été ciblé et certains de nos yaks volés. Le guide, avec son “oeil au beurre noir”, ne pouvait nier qu’il s’était produit une échauffourée. Il ne voulait pas nous inquiéter mais nous a finalement mis au courant de la situation peu de temps après.
Un autre événement regrettable: 2 jeunes mongols, ivres, se sont approchés et se sont mis à importuner l’une des cavalières. Les hommes du groupe ont alors entouré la jeune fille pour la protéger. Le guide nous a expliqué que la situation n’aurait fait que dégénérer s’il s’était lui-même interposé.

Il faut faire preuve d’une grande prudence lorsque l’on se rend en Mongolie.