Sélectionner une page

Mali: Bamako, Siby, Djenné, Ségué

 

C’est en novembre 2010 (dans le cadre d’un stage) que je me suis rendue au Mali.

 

 

Bamako

À Bamako, nous étions logés dans un appartement loué et situé près du centre-ville.
Je me rappelle l’odeur du pain. Il y avait une boulangerie de l’autre côté de la rue. Ça vraiment été l’un mes petits plaisirs là-bas… du pain frais pour déjeuner!
Un autre de mes petits plaisirs a été de me promener en ville. Je n’ai jamais été importunée et je ne me suis jamais sentie en danger lors de ces promenades.

Siby et le Mandé

À quelques dizaines de kilomètres à l’ouest de Bamako se trouve Siby dans le Mandé. Une belle région à visiter selon le guide touristique.
Nous nous y sommes rendues lors d’un week-end. Nous nous sommes alors installées à l’hôtel Kamadjan. Notre case était équipée d’électricité. Je n’y connais rien en électricité mais l’installation me semblait plutôt douteuse. Ouvrir la lumière me rendait à chaque fois très nerveuse.

Nous nous sommes rendues au bureau du Syndicat d’Initiative de Tourisme de Siby.
Plusieurs excursions s’offraient à nous.
Nous avons opté pour la “Balade à pied Grand Tour”: Grotte de Fanfaba, Haut Fourneau, Arche de Kamadjan, Maison du Karité.

information touristique, Siby
circuits proposés, Siby

GROTTE DE FANFABA

Dans un premier temps, nous nous dirigeons vers la Grotte de Fanfaba.
Sur la route, nous croisons des chèvres, un village avec ses petits silos à grains… et un boeuf qui aurait bien besoin d’être remplumé!
De la grotte, nous avons un beau point de vue sur les monts environnants.

HAUT FOURNEAU

On poursuit notre route vers les “Hauts Fourneaux”.
On voit des plants d’arachides… moi qui croyais que les arachides poussaient dans les arbres! Me voilà confondue!

Nous croisons un autre village et des champs d’énormes calebasses!

ARCHE DE KAMADJAN

L’Arche est l’attrait principal de Siby.
Selon la légende, Kamadjan a été l’un des plus grands lieutenants de Soundiata Kéïta. Il aurait percé, d’un coup de poing, la montagne pour prouver sa force et son courage.
Notre guide nous dit que les esprits des ancêtres de Siby se transforment en lions et viennent, la nuit, rôder autour de l’arche. Toujours selon notre guide, ce lieu serait aussi un lieu où les femmes infertiles viennent se recueillir et prier. L’animisme est encore très présent dans la région.

MAISON DU KARITÉ ET CHUTE D’EAU DE DANDA

Après cette belle randonnée, de retour au village, nous nous arrêtons à la Maison du Karité. La coopérative semble avoir de nombreux partenaires dont certains sont canadiens (CECI et ACDI).
Puis, nous nous rendons à la Chute d’eau de Danda. Pas du tout impressionnante lors de notre passage. Par contre, on a rencontré un énorme mille-pattes et lui, il était plutôt impressionnant!

Djenné

Nous aurions bien aimé nous rendre à Tombouctou ou dans le Pays Dogon mais des impératifs de temps et de sécurité nous en ont empêché. On a donc opté pour Djenné et sa Grande Mosquée.
Tout d’abord, il nous fallait une agence pour s’occuper de l’organisation de l’excursion. On a travaillé très, très fort à trouver  l’agence recommandée par le Guide du Routard… et on ne l’a jamais trouvé! Il faut dire qu’il est parfois très difficile de trouver une adresse à Bamako et ce, malgré l’aide inestimable du chauffeur de taxi et de ses nombreux contacts. En effet, nous nous sommes arrêtés un nombre incalculable de fois pour nous informer aux passants. Sans succès.
Sur le chemin du retour, alors que nous marchions vers l’appartement, nous avons vu, par hasard, l’annonce d’une agence.  Nous nous sommes arrêtées et bingo, tout fût arrangé pour un week-end à Djenné.

Bamako

Djenné

Djenné se situe à environ 500 km à l’est de Bamako.

Nous partons le vendredi en fin d’après-midi, nous passons la nuit à San et nous repartons tôt le lendemain matin.
À l’approche de Djenné, nous croisons la rivière Bani (affluent du Niger) et c’est sur un “bac” que nous la traversons. Et là, comme partout ailleurs, il est possible de magasiner!

Un guide local vient nous rejoindre à l’hôtel et nous fait visiter la ville.
Nous nous rendons à la Grande Mosquée située à quelques minutes. Notre guide nous explique que les maisons de Djenné (et la mosquée) sont faites de “banco”. Le “banco” c’est de la terre et de la paille hachée. La mosquée est en rénovation. En fait, en raison des pluies, elle doit régulièrement être entretenue.
Djenné est également réputée pour ses écoles coraniques. Nous passons à côté de tablettes de bois utilisées par les jeunes “talibés”. Tablettes qui les aident à mémoriser les versets du Coran.
Nous nous arrêtons au Tombeau de la Jeune Fille. Selon la légende, elle fût enterrée vivante, lors de la fondation de la ville, en vue d’en assurer la prospérité!
Puis, en fin de journée, on nous emmène dans une petite boutique de tissus et de bogolan. À ma grande surprise, il y a une représentation d’un orignal!

Nous partons tôt le dimanche matin pour être de retour à Bamako en fin de journée.
Sur le chemin du retour, nous croisons d’énormes fourmilières et nous nous arrêtons au tombeau de Biton Mamary Coulibaly (Roi du Royaume Bambara de Ségou au XIIIe siècle).

Ségué

Ségué se situe à environ 200 kilomètres au nord de Bamako.

Nous nous y sommes rendus dans le cadre du stage. Belle route asphaltée mais ça n’empêche pas les accidents de survenir. Chanceux, le chauffeur du camion renversé s’en est tiré à très bon compte… aucune blessure!

Bamako

Ségué

Et c’est sur ces belles images que mon séjour au Mali s’est terminé.

Depuis 2010, la situation s’est considérablement détériorée.

En consultant le site voyage.qc.ca et en consultant la page dédiée au Mali on peut lire que Affaires mondiales Canada recommande d’ ÉVITER TOUT VOYAGE en raison du risque de terrorisme et de banditisme.