Sélectionner une page

Le voyage en vaut la peine… malgré la pluie et le brouillard!

par | 15 Juin 2018 | chemin du Piémont Pyrénéen, GR78 |

Randonnée jour 10: Germs-sur-l’Oussouet – Bagnères-de-Bigorre (15,7km total: 189,4km)

 

Après une journée de repos, me voilà en pleine forme pour continuer le chemin et, malgré la pluie et le brouillard, je suis très, très contente de cette journée. En raison de mes “égarements” de l’avant-veille et aussi en raison du fait que la propriétaire du gîte m’avait confié que certains de ses randonneurs trouvaient le chemin que je m’apprêtais à marcher mal balisé… eh bien, je m’étais vraiment bien préparée! En plus de lire avec attention le topoguide, je m’étais fait mon propre itinéraire avec “google maps” (section randonnée) et tant pis, si ça ne concordait pas avec le GR78! Eh bien, ça s’est super bien passé! Je me suis beaucoup moins préoccupée des balises et je savais toujours où j’étais (j’ai utilisé ma boussole à quelques reprises pour confirmer ma direction)… alors oui, je suis vraiment contente car je suis maintenant plus à l’aise et surtout plus confiante en mes capacités d’orientation! Malgré tout, j’ai quand même bien hâte au retour du soleil et du beau temps!

Randonnée jour 11: Bagnères-de-Bigorre – Bourg-de-Bigorre (21,5km total: 210,9km)

 

Une dame, croisée sur la route, m’a dit qu’elle me trouvait bien courageuse de faire le chemin alors que la température était si mauvaise. Mais non… ce n’est pas ça du courage!  Je crois qu’il s’agit plutôt de détermination ou peut-être même d’un peu d’entêtement! Peu importe, ça m’apporte beaucoup. Ce chemin me permet de tester mes limites, de chercher et, surtout, de trouver du positif à cette température tellement inhabituelle pour cette période de l’année (pas de coup de soleil ou de coup de chaleur!). Ce chemin est aussi une belle occasion de faire plein d’apprentissage (cartes et boussole) et, surtout, me permet de réfléchir à la suite des choses!

Par ailleurs, au cours de la journée, j’ai emprunté des petites routes très peu fréquentées, des chemins forestiers et des sentiers très, très, très boueux. J’ai traversé un pont fait d’un tronc d’arbre, j’ai contourné des arbres tombés sur le chemin et j’ai même dû contourner un glissement de terrain! Après 8 heures de marche, laissez-moi vous dire que j’étais bien contente d’arriver au gîte!

Randonnée jour 12: Bourg-de-Bigorre – Esparros (13,2km total: 224,1km)

 

Je suis passée par le Moulin des Baronnies, gîte d’étape et aire de camping. Une dame, rencontrée sur le site, m’a dit qu’il serait peut-être préférable de marcher sur la route en raison du mauvais état du chemin sur le GR. Après réflexion, j’ai préféré continuer de marcher sur le GR car les automobilistes roulent quand même assez vite et avec ma cape vert forêt… je ne suis pas  si visible que ça. Finalement, ça a été une bonne décision car le chemin s’est révélé être “pas si pire que ça”! À mon arrivée au gîte, il y avait un autre randonneur… qui avait préféré prendre un taxi plutôt que de marcher l’étape Nestier-Esparros! Je le comprends car avec la pluie, c’est loin d’être évident et c’est ce qu’il annonce encore pour toute la semaine!!!

Randonnée jour 13: Esparros – Nestier (18,9km total: 243 km)

 

Le randonneur rencontré au gîte m’a expliqué qu’il y avait 2 écoles de pensée quant à la fréquence des balises sur les différents GR. La première préconise la présence de balises très, très rapprochées… un peu comme ce que l’on retrouve sur le Chemin Portugais. La deuxième, plus récente, préconise la mise en place de balises que lors d’embranchements. Ça explique la variation de la quantité de balises selon les différentes régions traversées.

Par ailleurs, aujourd’hui, sur le chemin, l’eau est omniprésente… elle jaillit même de la route (oui, oui voir photo #2)! Plusieurs caniveaux sont sur le point de déborder alors que d’autres débordent carrément! De la boue, beaucoup de boue… il m’est arrivé de m’enfoncer jusqu’à la cheville… je me considère chanceuse de ne pas avoir perdu l’une de mes super bottes! Et, fait que j’ai trouvé adorable, j’ai croisé un chien qui était littéralement en admiration devant le paysage!

Je m’arrête à Nestier en fin de journée. Mes réserves de nourriture sont à peu prés vides. Je me rends à St-Laurent-de-Nesté, à 2 kilomètres de mon hôtel, pour me ravitailler. La route est inondée! Pas grave, je retrousse mes pantalons et je passe quand même… même si l’eau s’est révélée être glaciale! J’ai appris, par la suite, que la route avait été fermée peu de temps après.

 

Randonnée jour 14: Nestier – St-Bertrand-de-Comminges (15km total: 258km)

 

Pas de pluie aujourd’hui… j’ai même eu droit à du soleil en après-midi! Ça fait vraiment du bien!!! Je me suis arrêtée en fin de journée à St-Bertrand-de-Comminges. Il s’agit d’une ancienne cité romaine fondée au 1er siècle avant J.-C. Je loge chez madame Uchan (Halte St-Jacques) dans une maison qui date du XVIè siècle. Accueil extraordinaire!!! Ça fait maintenant plus de 250 kilomètres que je suis sur la route… et je suis très contente du chemin parcouru. Demain, repos à St-Bertrand-de-Comminges. Voici quelques photos prises sur la route et à St-Bertrand-de-Comminges.

Un petit “bug” est survenu. La section “commentaires” a disparu. Un autre mystère de la technologie!!!